Harcèlement Moral Stop

Vous êtes sur la pageHMS - ARTICLES - ARCHIVES 2000 - ARTICLE #11

Le Figaro (10 Mars 2000 #2)

De la promotion à la dépression.

Clarisse a 27 ans. Petite blonde aux cheveux courts, yeux myosotis, teint diaphane. "Avec une pêche d'enfer... jusqu'à mon hospitalisation". Munie de solides diplômes, elle travaille trois ans aux Etat-Unis avant de rentrer en France pour travailler dans une importante entreprise de travaux publics.

"Au début, on appréciait que je sois bilingue, rapide, gaie. J'étais sous les ordres d'un homme épatant qui s'est montré d'une incroyable patience. Il me traitait comme sa fille. Huit mois après mon arrivée, il est parti à la retraite et l'on m'a offert son poste. Je ne pouvais pas refuser. Les ex-collègues que j'allais devoir commander ont vu ma promotion d'un mauvais oeil. Ils ont d'abord raconté que j'étais lesbienne parce que j'avais les cheveux courts. Quand je les ai fait repousser, ils ont dit que j'étais prête à profiter de la promotion canapé. Ensuite, ils se sont mis à ouvrir mon courrier, à enfoncer des chewing-gums dans la serrure de ma voiture, à m'appeler chez moi la nuit. Mon supérieur ne voulait rien entendre. Un jour, ils ont saboté un contrat que j'avais mis deux mois à décrocher. J'ai été accusée de négligence et l'ont m'a retiré le dossier. Je multipliais les erreurs, je ne dormais plus. J'ai demandé à partir. La direction a refusé de me verser la moindre indemnité. Elle m'a supprimé ma secrétaire et interdit de m'occuper du moindre client. Un lundi, j'ai trouvé un de mes camarades de promo assis à mon bureau. On lui avait donné mon poste. J'ai jeté l'éponge et cherché ailleurs. Impossible de décrocher le moindre entretien tant mes anciens employeurs me "plombaient". Six mois plus tard, j'étais en cure de sommeil. Aujourd'hui, j'intente une action auprès des tribunaux pour harcèlement moral. Tant pis pour ma réputation".

 

Site officiel de l'association de type loi 1901 : HMS - Harcèlement Moral Stop