Harcèlement Moral Stop

Vous êtes sur la pageHMS - ARTICLES - ARCHIVES 2000 - ARTICLE #12

Dépêche AFP (17 Mars 2000)

Harcèlement moral : La grève se poursuit dans une entreprise de luminaires (Maxville).

La grève se poursuivait vendredi dans une entreprise de luminaires de la région de Nancy où les salariés protestent contre le harcèlement moral dont ils s'estiment victimes de la part de leur directeur, a-t-on appris auprès de la direction.

Près de 70% des 120 salariés de l'entreprise d'Eclatec, située à Maxeville, sont en grève selon les salariés, tandis que selon la direction, seulement 30% du personnel suit le mouvement. Les salariés ont cessé le travail depuis la mise à pied d'un chef d'équipe il y a une semaine et demandé le départ du président du directoire, Daniel Serra, qu'ils accusent de les harceler moralement, de les humilier et de les insulter, a expliqué un porte-parole du personnel, qui a requis l'anonymat.

Le président du directoire a démenti vendredi les accusations, affirmant seulement que si le harcèlement moral, c'était "la pression et l'exigence de qualité, dans un marché concurrentiel, alors oui, il y a harcèlement moral". Les grévistes ont rencontré vendredi des représentants de la préfecture de Meurthe-et-Moselle et de la direction du travail. Ils posent le départ de M. Serra comme préalable à toute négociation. Seule 50% de la production est assurée, grâce aux sous-traitants, a expliqué vendredi la direction, qui vient d'obtenir une commande de 22 millions de Francs pour l'Irak. L'entreprise Eclatec, spécialisée dans le matériel d'éclairage public, appartient à un groupe financier anglais, EMESS.

 

Site officiel de l'association de type loi 1901 : HMS - Harcèlement Moral Stop