Harcèlement Moral Stop

Vous êtes sur la pageHMS - ARTICLES - ARCHIVES 2009 - ARTICLE #01

Paris Match (16 Septembre 2009)

Le harcèlement moral dopé par la crise (Par Daphné MONGIBEAUX et Luc IHADDAGENE)

« Plus personne n’est à l’abri, pas même en haut de l’échelle » Loïc SCOARNEC, président de Harcèlement Moral Stop

« Chaque matin, je montais sur l’échafaud. L’hostilité muette de mes supérieurs avait fait de mon bureau un désert inhospitalier, un champ de mines ; A bout de nerfs, j’attendais le coup fatal qui mettrait fin à mon calvaire. En réalité, mon exécution avait été programmée depuis des mois sans qu’on m’en informe. C’était à moi de le deviner, ou plutôt de l’accepter ».

Depuis le début de la crise économique, les témoignages alarmants se multiplient.

Selon Loïc SCOARNEC : « il n’est pas rare que des cadres supérieurs, voire des membres d’équipes de direction, fassent appel à nous ».

Petites attaques répétées, intimidations, dévalorisations, mise au placard, calomnies…
Déstabiliser un salarié jusqu’à l’écoeurement est un moyen presque banal de provoquer sa démission ou un arrêt maladie de longue durée susceptible de justifier un licenciement avantageux.

« C’est de la folie ; le téléphone n’arrête pas de sonner ! » s’exclame Loïc SCOARNEC, président de Harcèlement Moral Stop (HMS). Cette association dédiée à l’assistance aux victimes de maltraitance professionnelle a vu son activité augmenter de plus de 40%. En une année, 3 300 cas lui ont été signalés, contre 1 995 l’année précédente. « Tous les secteurs d’activité sont maintenant concernés. Au départ, le harcèlement s’était intensifié de manière inquiétante dans les branches touchées de plein fouet par la crise : banque, immobilier, BTP, automobile, ingénierie informatique… Au printemps dernier, des salariées du tourisme, de la boulangerie, de la coiffure mais aussi des associatifs et des fonctionnaires ont commencé à nous appeler ».

Contrairement aux idées reçues, ce ne sont pas forcément les personnalités les plus vulnérables ou les plus faibles qui sont le plus directement visées. Le professionnel expérimenté, le délégué syndical, la forte tête habituée à « l’ouvrir » sont aussi des cibles privilégiées. L’isolement, la marginalisation, le dénigrement systématique parviennent à faire plier les plus résistants. Les seniors, dont l’ancienneté coûte cher aux entreprises, sont en première ligne. « Aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri, pas même en haut de l’échelle. Il n’est pas rare que des cadres supérieurs, voire des membres d’équipes de direction, fassent appel à nous », précise Loïc SOCARNEC.

 

Site officiel de l'association de type loi 1901 : HMS - Harcèlement Moral Stop